Les tentes rehaussées (de plain pied)

tente aménagée 3

Par Lama

Comment donc faire mieux et plus simple que la tente surélevée classique ? Facile…. Il faut prendre la tente et la surélever ! Sans plate-forme ! Ainsi il est possible de se tenir debout à l’intérieur et pour coucher il faut équipesr son pourtour avec des lits superposés. Les lits du bas placés à 45 cm du sol servent de banquettes pendant la journée, les lits du haut sont placés 1 m plus haut donc à 1,45 m.

Dans une tente de 3 m x 2 m on peut ainsi placer six ou sept lits et dans une tente de 4 m x 2 m il est possible d’en placer  jusqu’à 10 ! La tente elle-même est prolongée par un double toit. Sous cet ensemble tu peux placer la salle à manger, en périphérie prennent place la cuisine, les penderies et les rangements.

Des aménagements partout

tente aménagée 4Avec une telle tente, la vie au camp est simple pour une patrouille qui sait bien s’organiser ! Les duvets, les pyjamas et les couvertures restent en permanence étendus sur les lits du haut de manière à dégager dans la journée les banquettes inférieures. Une rangée latérale de portemanteaux placée sous le double toit reçoit les cirés et les tenues de camp ou de jeu.  Une penderie un peu mieux abritée garde, bien rangés sur des cintres, les uniformes de la patrouille. Dans un coin, une malle en bois mise sur la tranche, fait un magnifique secrétaire, elle renferme  les missels, les carnets de chant, les cartes topo, le papier à lettre et tous les objets précieux de la patrouille. Les gamelles, les quarts, les gourdes et les couverts sont rangés sur le vaisselier. Dans le sac à dos il ne reste plus grand-chose à part le linge de rechange et le linge sale, il suffit de fourrer tout ceci sous les banquettes inférieures et le tour est joué.

Deux sacs au camp

Réflexion faite, plutôt que de venir au camp avec un gros sac à dos et d’y serre toutes tes affaires, il est plus judicieux de venir au camp avec son sac à dos de week-end plus un petit sac de voyage, style sac de sport, de couleur neutre s’il te plaît ! C’est bien plus pratique pour le rangement au camp d’avoir deux petits sacs à la place d’un seul gros. Pendant les explorations ou les jeux il est bien plus commode d’avoir un sac à dos de taille moyenne, plutôt qu’un gros. L’autre sac, type sac de sport restera toujours dans la tente, sous les lits.
voir la page : deux sacs au camp

Le confort grâce à la compétence

Une patrouille compétente et bien organisée se doit de soigner son confort et le confort n’est pas du tout opposé à l’efficacité, bien au contraire. Les patrouilles biens installées sont heureuses de vivre au camp, elles respectent les horaires, elles gardent le moral au beau fixe même sous la pluie et les corvées disparaissent, remplacées par les services ou par les plaisirs : plaisir de vaisselle à l’eau chaude, plaisir de cuisine, plaisir de bois, plaisir de lessive.

Si le terrain s’y prête, pourquoi ne construirais-tu pas un four ? Et une cheminée ? L’avantage du four c’est de se lancer dans de la bonne cuisine ce qui extrêmement important au camp. Manger à sa faim est essentiel au camp mais  déguster de bonnes choses bien cuisinées est excellent pour le moral. Un intendant ne refusera jamais un petit complément à une patrouille qui cuisine bien et qui le prouve.

Une cheminée, voilà un élément qui va apporter de la chaleur dans la patrouille, avec la cheminée dont le conduit dépasse nettement le double toit il est possible d’amener sans risque la chaleureuse présence d’un foyer dans la petite maison de la patrouille, car c’est bien une petite maison que nous sommes en train de décrire. Une cheminée, ce n’est pas très dur à faire, il faut juste respecter quelques règles simples ; (reporte-toi pour cela au chapitre sur les cheminées).

La structure de tente

Avant de penser à l’aménagement de ta petite maison il faut en construire la structure. La conception en cadres et modules est parfaitement adaptée. Avec des traverses de 80 cm et des montants de 170 cm on obtient des cadres qui vont former la tête et le pied de deux lits superposés. Avec des longerons de 2 m placés dans ces cadres à 45 cm et 145 cm du sol on obtient les deux lits. Pour faire la structure d’une tente il faut bien sûr choisir des perches de diamètre adapté et choisir un diamètre de tenon mortaise au moins égal à 32 mm.

Le sommier et le matelas

En plaçant des claies à écartement de 15 cm sous les longerons on réalise un bon sommier souple et résistant. Des branchages et des feuillages puis de la mousse ou des herbes sèches sont placés sur ces claies parallèlement aux longerons et voilà un excellents matelas. Il ne reste plus qu’à y étendre les couvertures en les bordant un peu et les lits sont prêts. Attention, si tu utilises des végétaux verts pour les matelas, il ne faut pas les enfermer dans des sacs, même des sacs en toile, sinon les végétaux vont rapidement fermenter. Il faut absolument laisser libre la face inférieure pour assurer une bonne ventilation et un bon séchage des végétaux verts. Le mieux est de simplement étendre les couvertures pliées aux dimensions des couchettes sur  ces matelas de végétaux, ainsi les couvertures restent disponibles en permanence, par exemple le soir pour la veillée. Si tu as utilisé des résineux pour ta structure, tu souhaites sans doute te servir des branches de tes coupes pour faire les sommiers des couchettes, Attention ! Au bout d’une dizaine de jours, les branches seront bien sèches et les aiguilles de pins commenceront à se détacher. Bientôt à la moindre secousse du dormeur supérieur, le dormeur inférieur  recevra une pluie d’épines bien sèches d’un effet parfaitement désagréable en pleine nuit. Réserve donc les branches de résineux uniquement à la confection des sommiers inférieurs.

À chacun sa couchette

Il ne reste plus qu’à se partager les couchettes, il est préférable d’envoyer les plus jeunes dormir sur les couchettes supérieures : ils sont plus légers bien que plus remuants et ils sont mieux protégés par la tente. En outre il est logique que les plus âgés soient les derniers couchés et les premiers levés, Il n’est pas rare qu’ils aient à se relever la nuit pour des interventions : orage, veille etc… Les couchettes du bas leur seront donc attribuées.

Pour obtenir davantage de deux lits superposés il suffit de construire plusieurs modules. En reliant entre eux ces modules par quatre longerons on obtient encore des lits supplémentaires. Plusieurs plans te sont proposés mais il est possible d’inventer d’autres combinaisons.  Avec un peu d’audace et avec une patrouille nombreuse tu pourras réaliser trois niveaux de lits. Il est obligatoire de placer quelques petits tenons verticaux anti-chute sur les longerons des lits supérieurs. Des lits placés à 145 cm du sol restent accessibles sans échelle, au-delà il en faut une.

Pour bien concevoir

Pour concevoir ce type de tente-résidence il est important de bien respecter quelques règles. Cette tente-résidence doit être un espace ouvert et accueillant qui permet aux scouts d’y réaliser de nombreuses tâches. Il ne faut pas la transformer en voiture couchette de la SNCF avec un minuscule couloir, cela ne présente aucun intérêt. Si la patrouille est nombreuse il ne faut pas chercher à tasser tout le monde dans une petite tente. Une tente de six places (3m x 2m) accueillera 6 ou au maximum 7 lits mais pas 9. Une tente de 8 places (4 m x  2 m) pourra accueillir jusqu’à 10 lits mais il faudra un troisième niveau. Tu sauras si ton plan est bien conçu, s’il est possible de tirer une table devant les banquettes inférieures et d’y prendre les repas en patrouille. Cette suggestion n’est pas du tout une obligation, mais si elle est rendue possible par l’agencement de ta tente cela signifiera que ta réalisation sera une réussite pour la vie de patrouille au camp.

Pas de chambre à air !

Attaquons-nous maintenant à une grave déviation que nous avons déjà évoquée lorsque nous tentions de définir l’esprit du forestage. Certains préfèrent installer des chambres à air tendues ou des cordes entre les longerons au lieu de poser des claies. C’est grave….très grave ! Ceux qui se rendent coupables de tels manquements à l’esprit de forestage ne devraient plus être dignes de porter une hachette. Il faut partout et toujours préférer les matériaux naturels que l’on trouve sur place à ceux artificiel importés (il est certain que les adeptes de la chambre à air peuvent camper dans une casse automobile ou sur une décharge). Comprenons-nous bien, il ne faut pas être « contre » la chambre à air, mais contre son utilisation abusive. Les radeaux en chambre à air c’est parfait ! Dans le cas de sommiers,  la chambre à air se révèle une solution de paresseux. Il est tout aussi rapide de poser des claies avec de la lieuse que de tendre d’horribles  chambres à air. Un sommier réalisé avec des chambres à air n’offre pas du tout le confort escompté et on y est fort mal installé pour dormir. Avec des chambres à air, les couchettes inférieures  s’avèrent inutilisables en banquette, on peut tout juste s’asseoir sur le bord du longeron. Il y a encore un défaut majeur à l’utilisation de chambre à air : si l’on veut contrer les défauts qui viennent d’être mentionnés, il faut tendre fortement les chambres à air, c’est alors qu’on s’aperçoit que leur tension tend à resserrer entre eux de manière très importante les deux longerons. Cette importante flexion trahit l’intensité de l’effort que subissent les longerons. À n’en pas douter, si cette flexion se produisait vers le bas, on hésiterait à s’allonger sur une telle couchette qui menacerait ainsi de se rompre. On ferait bien! Car c’est exactement ce qui arrivera quand on additionnera l’effet de la tension des chambres à air et celle du poids du dormeur : les tenons ou les longerons se rompent. Avec une corde tendue on a à peu près les mêmes désagréments de confort et les mêmes surprises en résistance.

Une tente si bien tendue

La tente qui coiffe l’ensemble de la structure doit être parfaitement montée et bien tendue,  il serait malséant d’exhiber des plis flasques et disgracieux par-dessus une construction élégante. La meilleure manière de tendre correctement la tente revient à planter de grandes barres obliques dans les montants verticaux des cadres à l’aide de tenons et de mortaises. Ces barres obliques, que l’on peut appeler des tangons, permettent de placer des points d’amarrage dans l’axe des tendeurs de la tente et de son double toit. Ainsi rien n’encombre le sol et il n’y a plus de risque de se prendre les pieds dans des tendeurs. D’une manière générale, tous les tendeurs extérieurs peuvent être supprimés et remplacés avantageusement par quelques perches ; la tension n’en est que meilleure et les abords de la tente n’en sont que plus nets.

Cependant attention : des guides qui campaient dans les Ardennes Belges en 2013. Ont vécu une bien cruelle aventure. Une véritable tornade s’est abattue sur ce coin de Belgique et les tentes se sont envolées… avec les installation accrochées après. Les tentes ne sont pas allée bien loin mais les superbes lits et couchettes ont été détruits… bon ! il ne restait que trois jour de camp. Cette mésaventure qui fort heureusement n’a pas fait de blessés (à ce camp non, mais dans d’autres campe n Belgique, oui) conduit à énoncer d’autres recommandations : la tente coiffe seulement la structure mas ne s’y attache pas.  Ainsi un coup de vent emporte la tente, ses piquets et ses mâts mais laisse tranquille la structure. (en revanche on ne sait jusqu’où il aurait fallu courir pour récupérer la tente envolée).

Des pare-vent amovibles

Il est possible que les dormeurs des couchettes inférieures se trouvent un peu trop exposés aux intempéries mais aussi au vent froid de la nuit. Rappelons-nous que ce sont les plus âgés à qui sont octroyées les couchettes inférieures ; mais ils peuvent tout de même éprouver le besoin d’être mieux protégés. La mauvaise solution évidente est de réquisitionner une laide bâche ou bien le tapis de sol bleu et de les tendre verticalement  depuis le bas des parois de la tente jusqu’aux couchettes inférieures. C’est efficace pour la nuit mais c’est assez laid pendant la journée et cela rétrécit l’intérieur de la tente en coupant la vue vers l’extérieur. Une meilleure solution consiste à tendre une bâche, certes, mais uniquement pour la nuit ou pour les grosses intempéries. Tu penses déjà qu’il va être passablement compliqué de tendre tous les soirs les bâches et de les détendre tous les matins. Pas du tout ! Les bâches restent tendues en permanence mais elles ne sont pas fixées sur la structure de la tente. Grâce à deux perches placées dans les diagonales et qui tendent les quatre coins, ces bâches se maintiennent tendues toutes seules. Ces bâches tendues deviennent de véritables panneaux amovibles qui peuvent être déplacés à volonté et installés là où ils sont nécessaires en un tour de main. Le matin tu les déplaces vers les feuillées ou tu les appuies l’un contre l’autre de manière à former une petite tente et le soir tu les replaces contre les parties de la tente à protéger.

Panneaux en cerf-volant

puncho-magique-2Ces panneaux de toile tendue qui ressemblent un peu à de gros cerfs-volants, tu leur trouveras une foule d’usages au camp : coulisses pour les acteurs de la veillée ou coupe-vent pour les spectateurs. Sacristie pour la chapelle ; parasol ou parapluie etc. À  la place de bâches ou de tapis de sol tu peux te servir de punchos de type militaire dont la capuche au centre est resserrée au maximum. Il faut prendre des punchos à coins carrés et non pas arrondis.
voir la page : le puncho cerf-volant, utilisation multiples

Tendre les double-toit autrement

Cette façon d’utiliser les bâches et les punchos peut également s’appliquer aux doubles toits. Il faut, avec des perches, placer une faîtière et tendre chacun des deux pans du double toit par un montage en diagonale qui est lié à la perche faîtière. Les diagonales peuvent être montées sous la toile ou par-dessus la toile. Avec une liaison souple entre la faîtière et les diagonales il est possible de faire varier le dièdre du double toit depuis complétement fermé jusqu’à complétement ouvert. Ce double toit ainsi tendu se transporte n’importe où et se place aussi bien en position classique que sur la tranche. Avec cette dernière position,  tu obtiens des coulisses, une sacristie, un fond pour une cour d’honneur, des accessoires pour les veillées…

Secrétaire malle camp scout froissartageAménager utile et efficace

plan table de cuisine cantine frigoL’aménagement de la tente est très important, en plus du secrétaire du portemanteau et des penderies dont nous avons déjà parlé, il ne faut pas oublier les bougeoirs à placer un peu partout en haut des montants des lits ainsi que des supports ou des suspensions pour les lampes à pétrole. Dès que la nuit tombe, la tente s’illumine d’une multitude de lumignons et les activités du soir peuvent se dérouler sans l’utilisation de ces abominables lampes torches dont la lumière crue et agressive est une insulte à la beauté et à la douceur de la nuit. N’oublions pas de placer dans la tente à la place d’honneur un petit oratoire tout simple fait d’une icône d’une croix ou d’une statuette encadrée de deux chandelles. Cet oratoire ainsi placé dans la tente, sera une invitation permanente à de courtes prières simples qui jalonneront le déroulement de la journée au camp.

les tentes sur plateforme
les tentes aménagées

2 réflexions au sujet de « Les tentes rehaussées (de plain pied) »

    1. Merci de cette demande, nous allons faire un article car effectivement nous en avons construites plusieurs et c’est très sympa dans un Kraâl ou une tente d epatrouille.
      Lama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *