Les 3 Nords et le quadrillage

Les 3 Nords

Les cartes regorgent d’informations et en France nous avons de la chance, elles sont excellentes : très lisibles et très complètes. Elles se lisent presque d’elles-mêmes. Si un signe nous intrigue, il suffit de le chercher dans la légende. Les bois, les champs, les broussailles… Tout est indiqué. Pas la peine donc de s’appesantir sur le contenu de la carte, il sera vu plus tard. En revanche il faut bien comprendre comment est construite la carte et sur quelles bases géométriques elle est appuyée. C’est très important pour bien comprendre l’affaire des 3 Nord. Eh oui ! Sur une carte sont mentionnés 3 Nord différents et c’est capital pour courir dans les bois une boussole à la main. On distingue donc :

–      Le nord géographique
–      Le nord Magnétique
–      Le nord du quadrillage (Lambert, UTM…)

Sur une carte digne de ce nom, ces 3 Nord sont indiqués dans la légende.

les positions relatives de ces 3 Nord peut varier suivant les pays ou les régions
les positions relatives de ces 3 Nord peut varier suivant les pays ou les régions

Le Nord Géographique

Sur les cartes IGN, la direction du nord géographique est donnée par les bords droit et gauche de la carte. La carte est généralement en forme de trapèze ce qui fait que, si on tirait une droite sur chacun des deux bords de la carte, elles se rejoindraient au nord géographique. Chacun sait que le nord géographique correspond à l’axe de rotation de la terre. Donc chacun des bords de la carte est une portion de Méridien. De la même manière les bords supérieurs et inférieurs de la carte sont des parallèles. C’est assez facile à vérifier, on trouve des graduations en grade ou en degrés. Et comme par enchantement les limites de la carte sont en valeurs rondes. Une carte (IGN) est donc une petite portion de territoire limité par deux parallèles et par deux méridiens. Ceux qui ont suivi pourront donc comprendre que les acheteurs d’une carte de Dunkerque (dans le nord) reçoivent une carte un peu plus petite que ceux qui se procurent une carte de Font-Romeu (Pyrénées). Tout simplement parce que la portion entre les deux méridiens se rétrécit à mesure qu’on monte vers le nord. En revanche l’écart entre les 2 parallèles d’une carte reste constant.

Le Nord magnétique

La terre est un gros aimant. Coup de bol, le flux magnétique passe à peu près par les pôles. La position du champ magnétique varie de manière assez importante. Il faut savoir que le nord magnétique n’a pas toujours été proche du nord géographique. C’est évidemment la direction du nord magnétique qu’indique la boussole. L’ennui c’est que ça bouge avec les années. Grâce à la dérive qui est indiquée sur la carte, on peut calculer la nouvelle position si la carte n’est pas trop ancienne.

carte quadrillage UTM ou Lambert

Le nord du quadrillage 

Sur la carte a été rajouté un quadrillage kilométrique. Ce quadrillage est un vrai quadrillage avec que des angles droits. Il diffère donc du canevas trapézoïdal des parallèles et des méridiens. Donc ce quadrillage kilométrique ne coïncide pas avec l’orientation de la carte. Sur certaines cartes (militaires surtout) ce quadrillage est marqué en gras. Sur d’autres cartes ce quadrillage est marqué tous les 5 ou 10 km. Le rappel à chaque Km est alors effectué à l’aide d’une petite croix. Souvent on trouve même 2 quadrillages : le quadrillage Lambert (nom du géomètre qui a organisé le tracé des cartes en France) et le quadrillage UTM (Universal, Tranverse Mercator) le quadrillage UTM est un système de quadrillage et de repérage valable dans le monde entier alors que le Quadrillage Lambert n’a court qu’en France. Gerardus Mercator était un géophysicien du 16ème siècle.

UTM projection
Transverse_Mercator_meridian_stripes_20deg

Le nord du quadrillage est donc la direction à peu près verticale de ce quadrillage. Ce nord est différent du nord magnétique et il est différent du nord géographique. Mais… pourquoi donc avoir inventé un nouveau nord ?

les cartes ('sérieuses)  sont
généralement délimitées
par des parallèles
et des méridiens
les cartes (sérieuses) sont généralement délimitées par des parallèles et des méridiens

Coordonnées faciles à mesurer

En de nombreuses occasions il est important de donner rapidement les coordonnées du point où l’on se trouve. Si on donne sa latitude et sa longitude en degrés ou en grades, bonjour le travail sur la carte ! N’oublions pas que les cartes sont construites sur des échelles simples : par exemple 1/50 000ème c’est à dire que 2 cm sur la carte représentent 1 km sur le terrain. Si la carte est adaptée à une conversion immédiate des distances, elle ne l’est absolument pas pour calculer les parallèles et méridiens et l’opération est très compliquées sauf si un GPS vous donne ces coordonnées.
Donc c’est décidé, on donne sa position suivant le quadrillage kilométrique. Cette mesure est effectuée avec un double décimètre directement sur la carte. En outre ça simplifie énormément les calculs dès qu’on travaille sur deux points pas trop éloignés l’un de l’autre. (Ce qui est toujours le cas pour les scouts)

 voici comment les trois Nord apparaissent sur la carte
voici comment les trois Nords apparaissent sur la carte

Azimut facile à mesurer

Les coordonnées sont faciles à mesurer mais les angles de boussole sont également faciles à mesurer. Sur la carte on trace d’un trait son itinéraire pour aller d’un point à un autre (en mettant bien une flèche qui indique le sens de progression). Ce trait matérialise la direction de la marche. Ce trait coupe nécessairement des lignes du quadrillage kilométrique puisqu’il y en a partout sur la carte. Il suffit alors de mesurer l’angle avec le nord du quadrillage kilométrique puis d’apporter la correction entre le Nord Géo et le Nord du quadrillage. On obtient ainsi son angle de marche par rapport au nord géographique. Pour obtenir son angle de marche (ou azimut) par rapport au nord magnétique, on opère une nouvelle correction. En réalité la correction totale est la différence entre la flèche y et le Nord Magnétique. Le Nord quadrillage varie d’une carte à l’autre mais ne varie pas dans le temps.  Le nord magnétique varie suivant les lieux et suivant le temps. I faut donc bien faire attention pour les corrections.
C’est finalement cette valeur d’azimut magnétique qu’on affiche sur la boussole. Nous verrons plus loin comment calculer un azimut sur la carte et comment l’afficher sur la boussole.

Retour à Topographie / orientation
Calculer et suivre un azimut

Les Chevaliers du Taennchel

Les Chevaliers du Taennchel : des croisés du XXIe siècle
par Anne le Pape du quotidien PRESENT

Nos lecteurs connaissent bien François Villars, auteur de romans scouts d’excellente tenue. L’auteur suit le destin d’une patrouille, qui voit ses membres grandir et donc franchir les divers échelons, du « cul de pat » au CP. Nulle monotonie, donc, dans l’ensemble de ces romans, parmi lesquels nous avouons une préférence pour Le Dernier Camisard et La Petite Croix de Laponie.

Dans ce nouvel ouvrage, Joël, sous la direction du chef Dimitri, est devenu chef de patrouille. La troupe s’installe dans les Vosges. Chacun se demande bien quel sera cette fois le thème du grand jeu. Les scouts ne seront pas déçus et se laisseront volontiers prendre à une histoire de fantôme. Rassurez-vous, rien que de très sain dans tout cela, la leçon principale leur montrant combien il est important d’aider les âmes du purgatoire.

Aucun esprit de système chez Villars : il n’a pas peur d’affronter le thème d’une troupe au mauvais esprit car, comme partout en ce bas monde, il existe aussi des « ratés » dans le scoutisme – il ne s’agit évidemment pas de la troupe que l’on suit depuis le début des aventures de nos héros. Faire aimer la piété plutôt que de l’imposer semble un des devoirs des chefs. Au passage, l’adolescent sera sensible à une bonne analyse des croisades, ou bien à l’évocation de ses difficultés – ainsi que les moyens de les surmonter – devant l’exigence de la pureté.

Villars connaît parfaitement non seulement le monde du scoutisme mais aussi celui de la famille, et même de la famille nombreuse. Ses écrits profitent de son imagination débordante, mais aussi de son expérience. Le lecteur assidu de ses romans le retrouvera avec grand plaisir dans ces Chevaliers du Taennchel, volume qui fournira également à ceux qui veulent le découvrir une excellente porte d’entrée dans son œuvre.

• François Villars, Les Chevaliers du Taennchel, éd. Arwann, 258 pages, 15 euros. Pour les adolescents d’au moins 14 ans. Site : www.arwann.com ; courriel :

Opération Balerina

Maintenant les premier romans ont été réédités tous les quatre  : Le Corbeau de la Loue, La petite croix de Laponie, L’affaire KaBuK, Le dernier Camisard. Ils viennent s’ajouter aux trois nouveaux romans : Les Maudits du maquis, L’envolée de Verdun, Le bouquet du Rodia
Ces romans appartiennent à la collection Foulard vert pour les +14 ans
Nous lançons maintenant La collection Foulard Rouge pour le plus grands, nous plaçons la limite d’âge à 17 ans. Cet âge marque souvent le début de la formation professionnelle ou des études supérieures. en route pour l’âge adulte et les grands choix de la vie.
De la même manière que pour la collection foulard vert, chaque histoire est indépendantes et peut se livre seule. Cependant pour rester dans la « famille ». les héros de « foulard rouge » sont tirés de « Foulard vert ». ils avaient 16 ou 17 ans, les voila maintenant à l’âge jeune adulte, 20-23 ans. Ceux qui auraient lu toute la collection Foulard vert se souviendrons d’eux et ils leur paraîtrons familier d’emblée, mais pour les autres lecteurs, tout l’arrière fond du passé est expliqué au moment opportun et apporte les précisions et l’éclairage nécessaires.   Placé dans le monde actuel qui bouge très vite, nous essayons d’aborder les thèmes éternels qui passionnent les jeunes et qui ne vieillissent pas.

Oépration Balerina Par Anne Le Pape de PRESENT

Vous écriviez pour les adolescents, mais Opération Balerina s’adresse à un public plus âgé.
C’est vrai, j’écrivais pour l’âge adolescent (+14). Il est certain que mes histoires plaisent bien au-delà et particulièrement à ceux qui sont restés scouts dans l’âme. Pour Opération Balerina, j’ai voulu m’adresser aux grands adolescents et jeunes adultes (+17), je quitte les camps scouts, mais le héros a été scout, ce qui explique plusieurs comportements. Ici Kévin est le héros du « bouquet du Rodia », il n’a plus 17 mais 22 ans et se trouve confronté à des situations d’adulte, nouvelles pour lui : université, monde du travail, émois amoureux.

Vous savez capter l’attention du lecteur, mais cherchez-vous aussi à livrer un enseignement par vos romans ?
Un jeune esprit peut être profondément touché par des romans. J’ai été moi-même marqué par les romans scouts de mon époque, exaltant l’honneur, la fidélité et la fraternité. Je crois qu’il est plus efficace de former un jeune que de corriger un adulte. De nombreux adultes achètent et lisent des ouvrages très intéressants expliquant que tout va mal et pourquoi. Souvent, ces mêmes adultes laissent les jeunes se construire seuls. Tout en écrivant ce que j’aime, j’essaye de proposer une certaine réponse aux parents soucieux de véritable éducation. Mes héros font face à des situations réelles que rencontreront nos enfants. Ils réagissent, mais pas toujours comme le devrait un chrétien, d’où des complications et des rebondissements. À chaque fois, le bon chemin est clairement indiqué, par le chef, par l’aumônier ou par les parents.
Souvent l’intrigue trouve son origine dans l’Histoire. C’est l’occasion d’expliquer de manière accessible des pages d’Histoire souvent difficiles. Ainsi nos jeunes peuvent découvrir la révolte des Camisards dans les Cévennes ; l’occupation, la résistance et les Maquis ; la Grande Guerre et Verdun, la Finlande pendant la seconde guerre ; l’Histoire des Pays Baltes.

Votre roman comporte le récit de manipulations informatiques qui m’ont paru complexes… mais peut-être est-ce une question de formation et de génération ?
« Pousse-toi Papa, je te montre ». Les jeunes sont nés avec ces technologies et y naviguent avec une aisance qu’ignorent même les plus doués d’entre nous. Nous ne sommes pas formatés comme eux. Les opérations sur ordi qui apparaissent dans ce roman et que j’ai simplifiées au maximum sont à la portée de tous les jeunes. Ceux qui ne suivraient pas ont du souci à se faire pour leur avenir.

Votre héros se livre à des intrusions dans les boîtes courriel et des systèmes informatiques. Est-ce un exemple à donner ?
C’est là une conduite peccamineuse et illégale qui peut mener très loin. Ces intrusions sont insignifiantes au début mais elles deviennent plus sérieuses au cours de l’intrigue. Nous avons aussi là le comportement, typiquement masculin, d’un jeune énergique qui veut absolument un résultat. À la fin les choses vont beaucoup plus loin. À un moment, il y a des conséquences, une prise de conscience. Le bien et le mal sont alors clairement énoncés et il y a réparation.

Kévin se montre assez dur et brutal avec l’incroyante Qétura. Partagez-vous ce comportement ?
Kévin est un converti. Comme c’est souvent le cas, par l’absence d’exemple de ses parents ou de son entourage, il n’a pas bénéficié de l’enseignement de mise en pratique de l’Evangile sur le terrain de la vie. Comme beaucoup de convertis, Kévin est souvent manichéen, excessif et fougueux. Il possède la vérité et tant pis pour les autres qui ne veulent pas suivre. Son zèle est manifeste mais parfois brutal et méprisant. J’ai remarqué que ce zèle encourt la réprobation des chrétiens de vieille souche mais reste assez bien reçu par les incroyants en quête de vérité, comme Qétura. Je dois reconnaître que cette méthode « remède de cheval » donne parfois des résultats étonnants mais elle ne peut être appliquée à tous sans risquer de créer beaucoup plus de mal que de bien.

Les anges gardiens sont de la partie. Sont-ils pour vous des personnages à part entière ?
C’est dans le catéchisme : les anges gardiens existent, ils agissent dans notre vie. Nous ne les voyons pas mais lorsqu’ils s’occupent de nous, leur action est manifeste. Ils comprennent les situations mais ne lisent pas nos pensées, il faut leur parler explicitement si on a besoin d’eux. Chaque pays (même le plus petit ou le plus inhumain) est protégé par un ange gardien. Alors oui, ils agissent de temps en temps dans mes romans car la vie est une succession de fatalités ou de coïncidences pour les incroyants mais pas pour le peuple de Dieu.

Vous avez de beaux passages sur l’âme russe. Connaissez-vous bien ce pays ?
Lorsque j’ai écrit Opération Balerina, je connaissais la Russie par de nombreuses lectures mais l’une de mes grandes filles m’a dit : « J’aime beaucoup ce que tu écris: l’Estonie, les Pays Baltes, les ferries… c’est parfait, mais ça ce voit que tu n’es pas allé à Saint-Pétersbourg ». Aussitôt nous avons programmé une mission à Saint-Pétersbourg (des vacances spéciales). J’ai livré nos impressions de voyage dans un article pour Présent et ce que J’ai découvert m’a donné envie d’en savoir plus. Depuis, je m’intéresse à tout ce qui touche à la Russie, son économie, sa diplomatie, ses engagements, ses projets, ses coopérations, ses immenses étendues, ses peuples… Le foisonnement d’informations sur le net et les mappemondes virtuelles sont des outils de connaissance extraordinaires. Je découvre que, toutes proportions gardées, la Russie d’aujourd’hui est en train de devenir ce que la France aurait dû être si elle avait su digérer 1789. Grâce à ces récentes connaissances, je suis sur une nouvelle histoire (+17ans), qui se passera dans l’Oural Polaire, on y retrouvera Ivan et Macha ainsi qu’une nouvelle héroïne française.

quotidien PRESENT « Le Bouquet du Rodia » par Anne Le Pape

Le plus remarquable dans les romans pour adolescents de François Villars est que l’auteur ne s’en tient jamais à des thèmes convenus. Bien sûr, il y est souvent question d’un camp scout, mais pas seulement. Les livres s’adressent d’ailleurs à tout public, garçons ou filles, qu’ils pratiquent le scoutisme ou non. De quel âge ? Celui durant lequel on commence vraiment à vouloir sortir de l’enfance. Garçons de 14 ans, filles peut-être un peu plus jeunes.

Bien sûr encore sont mises en scène des aventures, « accrocheuses » mais toujours plausibles : pas de jeunes Rambo qui pilotent impromptu des hélicoptères ou qui sauvent des foules par leur courage, mais des adolescents d’aujourd’hui, confrontés à des scènes de tous les jours, ce qui est  essentiel pour leur apprendre à réagir.

L’auteur, lui-même père de famille nombreuse, connaît ses jeunes lecteurs, leurs goûts, leurs intérêts, leurs besoins. Il leur fait aussi découvrir des régions de France ou des pays étrangers qu’il a visités « de l’intérieur », par exemple, dans ce nouveau roman, ce pays catholique qu’est l’Estonie et son histoire mouvementée.

Mais surtout Villars, par le biais de la fiction, aborde en douceur des thèmes plus subtils. Dans Le Bouquet du Rodia, il y est question de la facilité avec laquelle un jeune garçon, même « bien sous tout rapport », peut glisser dans la vulgarité, et le moyen de s’en sortir par la découverte de la véritable beauté. Tout cela présenté au milieu de la plus brûlante actualité : même s’il ne paraît qu’aujourd’hui le livre, écrit en 2012, prouve que la fiction précède parfois les événements. Mais chacun sait que les écrivains sont souvent visionnaires…

ANNE LE PAPE

_ François Villars, Le Bouquet du Rodia,

éd. Arwann,  284 pages, 15 euros.

Le Bouquet du Rodia : C’est le nouveau roman de François Villars.

On reste dans la même veine, c’est un roman pour les adolescents, très actuel et qu’on ne peut plus fermer jusqu’à la fin.

Le thème centré sur l’extraordinaire puissance de la Beauté, pourrait laisser penser à un ouvrage de réflexion : on y réfléchit, certes , mais aussi on affronte toutes sortes d’urgence et de danger. Fort heureusement, Kévin 17 ans, n’a pas froid aux yeux et sais se débrouiller. On retiendra de ce livre la terrible réalité actuelle de la société et les drames épouvantables qui menacent les Français. D’ailleurs, François Villars à un peu bousculé le calendrier de ses publications pour faire paraître dès maintenant ce roman déjà écrit depuis plusieurs années afin de ne pas se faire doubler par l’actualité.

Cette histoire aura une suite aussi palpitante dont l’action se passe en Estonie puis à Saint-Pétersbourg. Mais il faudra patienter pendant une année.

Sans déflorer l’histoire voici un bref résumé :

 Résumé

Le Hérisson tourne vraiment bien, Kévin, son chef aguerri,  mène sa patrouille avec une fougue pleine d’efficacité mais pourtant sans finesse. Un certain soir de camp, c’est la faute ! Une faute sérieuse. Se pose alors au chef de troupe, seul témoin de ce grave dérapage, le difficile problème de sanctionner sans pourtant déshonorer. Finalement il trouve une solution juste qui, tout en résolvant ses propres soucis de logistique, donnera au fautif l’occasion de réparer. Mais les choses ne se passent pas vraiment comme prévu, Kévin doit déployer toute sa force et son habileté pour accomplir sa mission. Au bout de l’épreuve il découvre l’incroyable pouvoir de la beauté.

Mais cela suffira-t-il à éviter l’épouvantable drame qui se prépare dans l’ombre ?

 283 pages

20,5 x 14 cm

Prix 15 €

pour commander : Librairie Arwann

image_livre_rodia1

L’Homme Nouveau 7 mai 2016

Par Marie Lacroix

 

– Cette année, la troupe de Rosnay campe à une vingtaine de km de Verdun, à l’ombre d’un château habité par une famille aristocratique sans le sou. La vie au camp bat son plein tandis qu’un archéologue poursuit ses fouilles dans le sous-sol du parc. C’est alors que les scout surprennent par hasard un photographe embusqué visant deux  jeunes filles. L’une d’elle, claire L’aînée des châtelains, est censée ne jamais fréquenter l’autre fille, occupant avec sa famille l’abbaye voisine, ennemie déclarée du château. Alors, quand on constate la disparition  de Claire, tous les soupçons sont permis. Dès les premières pages, le ton est donné ; un ton résolument scout avec la vie en plein air, les installations en bois, les jeux, les veillées et toutes les activités propres à ces jeunes épris d’idéal chevaleresque.
– Un roman qui plaira donc à tous les scouts, filles et garçons et même au-delà. Car si toutes les spécificités du scoutisme s’y retrouvent, elles en donnent les vertus morales et le cadre. Mais l’intrigue se noue entre des personnages qui ne sont pas scouts. C’est bien l’intérêt de ce livre de faire ressortir la différence entre les modes de vie et de rappeler quelles sont les « vraies valeurs ». Ce récit au style enlevé et rondement mené, aborde en particulier les difficultés de rapport entre les parents et les enfants : rigidité, trop grande sévérité, ou au contraire laxisme. Tout en  évoquant les familles recomposées.

Envolée de Verdun, critique des Cahiers Saint Raphaël

Verdun-Livre1000x1000Le centenaire de la bataille de Verdun approche et François Villars ne pouvait manquer cette occasion. Il présente donc un nouveau roman qui prend pour cadre les champs de bataille de Verdun et dont l’intrigue nous plonge au cœur même de cette page tragique de notre histoire. Les scouts installent leur camp et se mettent alors en place tous ces petits événements normaux et pittoresques qui en émaillent tout naturellement le déroulement. Pendant les explorations, un curieux compagnon se mêle à la Patrouille du Hérisson. Il les guide sur les lieux et leur fait revivre cette terrible bataille, les scouts sont sous le charme… mais est-il bien prudent de lui faire confiance ? C’est le doute qui ronge Thierry et Joël du Hérisson lorsque survient, au domaine de Vaudoncourt, un drame familial chez les hôtes des scouts et tous ces petits riens du début prennent soudain une autre résonnance pour rendre l’intrigue de plus en plus oppressante.

Dans un style et un contexte très actuels, François Villars nous livre ici un roman qui se trouve porté par le même souffle épique, mais aussi tendre et réaliste. On a bien du mal à s’arracher à la lecture car c’est à la fois palpitant mais tellement familier. À conseiller donc à tous les adolescents et particulièrement aux scouts et guides. Mais dans ce roman, les jeunes trouveront davantage que de l’aventure, en quelques pages bien enlevées, ils comprendront le véritable déroulement de la bataille de Verdun, le contexte réel de la Grande Guerre et les raisons profondes qui ont poussé les nations d’Europe à s’anéantir mutuellement.

François Villars se montre fidèle à ses engagements puisque après les « Maudits du Maquis », il a livré une nouvelle édition du « Corbeau de la Loue » la précédente étant épuisée. Cette nouvelle année il présente donc « L’Envolée de Verdun » et rééditera « La petite Croix de Laponie »… en attendant le roman suivant, mais ce sera dans un an.

Cet ouvrage, comme les précédents, peut être commandé sur la boutique du site arwann.com