Deux sacs au camp

bouton scoutPar Lama. Le coin des scouts -> Campisme

À chaque départ de camp cela ne rate jamais. Le volume des sacs à dos est inversement proportionnel à la taille du scout qui le porte. Ainsi voit-on le novice gringalet, penché en avant pour compenser le poids du sac qui l’écrase et qui lui déboîte les épaules, côtoyer le malabar chevronné qui ne porte sur le dos qu’un minuscule sac de raid. Et ces deux-là vont participer au même camp.

L’expérience dépouille

À cet état de fait une seule explication en deux sens opposés qui se complètent. L’expérience enseigne à la fois qu’on peut se débrouiller au camp sans les objets courants de la ville ou alors qu’on peut se les fabriquer sur place et de bien meilleurs. (voir par exemple la lessive au camp). Par ailleurs, l’autonomie du scout augmente avec l’âge et il se libère peu à peu de l’attention prévoyante et hypertrophiée de ses parents, mais surtout de sa maman.

2sacs

La force des habitudes

Ceci étant posé, il n’en reste pas moins vrai qu’en grand camp on emporte plus que pour un simple week-end et il faut bien que le sac soit plus gros. Il est curieux de constater que certaines coutumes perdurent alors que les conditions qui les ont vues naître et se développer ont complétement disparu de nos jours. Autrefois les scouts rejoignaient leur camp par le train, et ensuite ils devaient se taper 5 à 15 km avec tout leur barda. Les scouts portaient donc toutes leurs affaires sur leur dos et le matériel de patrouille, tente comprise, était réparti sur les épaules et dans la carriole de patrouille. De nos jours, celui qui reconnaît dans cette description ce qui se passe encore dans sa troupe ou dans sa patouille, qu’il se fasse connaître. La règle aujourd’hui c’est que le car amène les scouts au plus près et qu’ensuite une camionnette, un tracteur ou un 4×4 dépose sac à dos et matériel sur le lieu même du camp.

2sacs2

Dès lors on est en droit de se poser la question, pourquoi de si gros sac à dos à bretelles pour en réalité ne pas porter son sac ? La bonne réponse est : la force de l’habitude.

Voici une proposition qui permettrait d’améliorer les choses, non seulement au départ et au retour du camp mais également pendant le camp.

Deux sacs

En fait, il faudrait deux petits sacs plutôt qu’un seul gros. Voici comment les prévoir et les utiliser. Le premier sac est le sac habituel de week-end. On y trouve : duvet, couverture, pyjama, gamelles-couverts, gourde-quart, puncho (recommandé) ou vêtement de pluie, savon-dentifrice gant de toilette, ficelles, couteau, instrument de musique (guimbarde, harmonica ou pipeau). Le reste l’équipement pour le camp passe dans un deuxième sac. Comme chaque scout n’a qu’un seul dos, il n’est pas nécessaire que cela soit un sac à dos. Ce peut être un petit sac de sport (ton neutre, verdâtre de préférence). Ce sac renferme : veste de jeu, affaire de rechange soit chaussettes, sous- vêtements, chemise de camp, short de camp. Autre paire de chaussure (baskets ou bateaux), et tout le petit reste : carnet de chant, papier à lettre (vous savez, pour écrire aux parents), jumelles, petite trousse de couture…

Que des avantages

Pendant le voyage, deux petits sacs sont bien plus pratiques qu’un seul gros. En particulier dans le train ou le car, on aura besoin que du sac à dos, l’autre ne servira pas. S’il n’y a pas trop de marche, on portera un sac sur le dos et l’autre à la main. Autrement rien n’est plus facile de balancer le deuxième sac sur ses épaules, au-dessus du premier. Au retour du camp on aura les mêmes avantages.

Pendant le camp, normalement le sac à dos est vide car toutes les affaires qu’il contenait sont rangées autre part. En patrouille on empilera donc proprement tous les sacs à dos vides qui ne servent pas. Le reste des affaires (en gros les rechanges) restent dans le petit sac de sport qui est bien mieux adapté au stockage accessible des affaires de chaque scout. En particulier pendant les inspections, cela permet de présenter un sac propre et en bon ordre.

Pendant l’explo ou un jeu qui dure quelques jours, le sac à dos de Week-end reprend du service et de par sa taille il est parfaitement adapté à ces activités de quelques jours, bien mieux que le gros sac à dos dit « de camp ». En outre, les affaires qui ne sont pas emportées pour ces activités qui éloignent du camp sont tout simplement gardées dans le sac de sport.

Retour en haut
page précédente : le noir des gamelles
page suivante: l’art du feu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *