La mortaise

bouton scoutPar Lama. Le coin des scouts -> Forestage et installations

Percer une mortaise avec une tarière n’est pas très difficile mais il faut faire attention à quelques règles. (Aller voir la page des outils) Répétons que la tarière doit être aiguisée, avoir une vrille en bon état et posséder un manche adéquat.

1) En général il faut percer un trou d’un diamètre compris coin 5entre 30% et 40% de celui du rondin.  On peut percer un peu plus grand dans certains cas. On pourrait percer plus petit mais c’est le tenon qui deviendrait trop frêle.

ǾRondin ->
ǾTarière
60708090100
30% mini1820242830
40% maxi2428323640

2) En général on perce au centre du diamètre et perpendiculairement aux fibres du bois. On peut percer en biais ou même au bout du rondin dans le même sens que les fibres mais c’est bien plus difficile et le résultat est aléatoire.

3) Il faut bien choisir l’endroit où percer la mortaise surtout lorsqu’elle se trouve en bout de rondin. Le risque d’éclater les fibres au moment d’enfoncer le tenon est important. coin 4Certains bois résistent bien au fendage mais d’autres éclatent très facilement. Pour un bois qui se fend facilement on éloignera les mortaises de l’extrémité. Une distance de 2 fois le diamètre du rondin semble suffisante. Si le bois résiste bien au fendage ou s’il se trouve un nœud entre la mortaise et l’extrémité, on peut descendre à 1,5 fois le diamètre.

4) Il faut s’appliquer à percer bien dans l’axe. Si on perce de guingois, le résultat final en mortaise droite aidepâtira et le résultat risque de décevoir. Si toutes les mortaises sont percées de travers il sera assez difficile de réaliser une construction droite. Il faut se faire aider par des « viseurs » au démarrage du perçage. Une fois la vrille bien engagée et les premiers copeaux éjectés on peut continuer sans aide.

5) Il faut surélever le rondin que l’on perce avant de faire déboucher la vrille, sinon celle-ci va mordre la terre ou les cailloux. Pas terrible !

6) Enfin on fera attention de ne pas éclater les dernières fibres au débouché de la vrille. À mortaisela fin du perçage, la vrille qui est sortie, ne tire plus la tarière. Et ces dernières fibres ne peuvent plus être coupées. Si on continue d’appuyer, on va simplement les plier ou les délaminer. Il est préférable d’arrêter le perçage et de retourner le rondin pour percer dans l’autre sens ; la vrille ne tire plus mais les couteaux peuvent couper les fibres restantes sans risquer de les délaminer. On peut aussi finir au couteau en respectant le sens des fibres.

page précédente : le tenon
page suivante : mettre un coin dans un tenon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *