Le tenon

Par Lama. Le coin des scouts -> Forestage et installations

Le tenon est la partie mâle qui s’emboîte dans la mortaise, il est bien plus difficile à réaliser que la mortaise pour un débutant mais dès qu’on a compris cela paraît extrêmement simple.
La mortaise est un trou tout à fait cylindrique et il va bien falloir que le tenon soit conique si on veut obtenir un coincement. Il faut par ailleurs que le tenon s’enfonce profondément dans la mortaise afin que l’encastrement soit bon, c’est à dire que le tenon ne doit plus bouger une fois enfoncé dans la mortaise ni d’avant en arrière ni de droite et de gauche. Cette profondeur d’encastrement est également importante pour la maîtrise des dimensions de la réalisation.
Ceci conduit à devoir tailler le tenon en cône avec une pente assez faible. Parfait ! Mais attention ! Car si nous laissons le tenon comme cela, il va se comporter comme un bien comprendre le tenonvéritable coin et faire éclater la mortaise. Nous devons donc doter notre tenon d’une zone d’arrêt qui va stopper l’enfoncement. Cette zone d’arrêt est réalisée grâce au brusque élargissement du diamètre du tenon. Dès que cet élargissement brutal va se présenter à l’entrée de la mortaise, il va y avoir impossibilité d’enfoncer plus loin le tenon.
Cet élargissement permet donc de maîtriser l’enfoncement du tenon et par là même, la dimension de ton installation. Un tenon a une forme idéale et il faut bien la comprendre et s’en imprégner l’œil afin de toujours les réussir sans réfléchir.
Pour bien réaliser un tenon il faut absolument avoir sous les yeux une mortaise témoin. Pendant la taille du tenon il faut le comparer de temps à autre à la mortaise témoin. La dimension est bonne quand le tenon rentre juste dans la mortaise d’environ un centimètre sans forcer du tout.
réussir les tenonsPour tailler le tenon il faut impérativement utiliser une hachette petite et bien aiguisée. Elle permet d’aller vite et elle donne presque naturellement la bonne forme.
Voici comment procéder : tiens bien ta pièce appuyée contre un billot, légèrement inclinée par rapport à la verticale. Avec la hachette commence à tailler l’extrémité de la perche avec six faces un peu comme si tu  voulais faire un piquet. Ensuite en abattant les angles tu vas obtenir douze faces et en travaillant progressivement tu obtiens une forme bien circulaire. Prends bien garde d’attaquer assez haut, il ne faut absolument pas frapper vers le bas de la pièce. Pour obtenir la zone d’élargissement puis la zone conique il faut porter les coups vers le haut et ensuite tu tires le copeau vers le bas sans entamer plus profondément le bois, juste en suivant le fil des fibres. La partie conique du tenon est presque cylindrique et les copeaux que tu enlèves pour l’amener à la forme désirée doivent ressembler à des épluchures de carottes, bien fines. Par contre les copeaux enlevés en partie haute dans la zone d’élargissement sont beaucoup plus épais. Il est important de vérifier souvent le diamètre du tenon en cours de façonnage à l’aide de la mortaise témoin.tenon billot
Si le tenon est trop gros garde-toi de le réduire directement dans le bas mais attaque bien plus haut et tire un copeau qui va se terminer en fine lamelle juste de l’épaisseur que tu souhaitais retirer. Quand l’extrémité du tenon entre sans forcer de quelques centimètres dans la mortaise témoin tu peux considérer qu’il est parvenu au bon diamètre et il ne faut donc plus du tout y toucher. Si le cône est trop gros il faut le travailler depuis le haut et plus du tout en bas.
Ensuite, un peu de fignolage au couteau et c’est fini ! Le couteau te permet d’enlever toutes les facettes qui resteraient sur ton tenon afin qu’il prenne une belle forme ronde, il faut éviter les arrêtes.
Il ne faut pas perdre de vue que le bois vert du tenon est assez tendre et qu’il va s’écraser dans la mortaise sous la pression des coups du maillet. Alors que sans effort la pénétration du tenon dans la mortaise n’est que d’un ou deux centimètres, avec effort, il va s’enfoncer très profondément et seule la zone d’arrêt stoppe cette pénétration. Si le tenon continuait avec le même cône, le tenon serait bien capable de faire éclater la mortaise. La description du mode opératoire peut te paraître un peu fastidieuse mais rapidement tu vas piger le coup et tu iras très vite. Avec de l’expérience et une bonne hachette bien aiguisée tu pourras même te passer du fignolage au couteau et tu ne mettras pas plus d’une ou deux minutes pour achever parfaitement un tenon.

Utilisation de la plane
Si la pièce de bois que tu façonnes en tenon n’est pas trop longue, tu peux la tenir tenon aidetoi-même sur le billot. S’il s’agit d’une pièce longue, il va te falloir l’aide d’un patrouillard. N’oublie pas que pendant que tu travailles, tu peux commenter tes gestes et enseigner au novice qui te rend service l’art des beaux tenons. De la même manière l’ancien peut tenir la pièce à tenonner et conseiller l’apprenti.
Il existe une autre façon de faire des tenons. On peut les attaquer directement à la plane mais il faut alors être deux. Place ta pièce de bois sur un banc et recouvre le tout avec le séant d’un patrouillard bien dodu. La pièce est convenablement bloquée et il est possible de l’attaquer à la plane. A ta demande, le patrouillard est chargé de tourner la pièce pour que tu puisses la travailler sur toute sa circonférence. Il faut procéder comme avec la hachette et commencer le copeau en attaquant assez haut. Après l’avoir arrondi, tire ton copeau et termine-le en fine lamelle pareille à une épluchure de carotte. Ce travail à la plane est particulièrement recommandé lorsqu’on a besoin d’un tenon très long sur des pièces plutôt fines. Dans ce cas la hachette manque de précision. La plane demande beaucoup plus d’efforts que la hachette si on veut retirer beaucoup d’épaisseur, c’est pourquoi il est possible de dégrossir à la hachette et de terminer à la plane. La méthode la plus courante et la plus rapide reste tout de même d’utiliser uniquement la hachette.tenon banc

Ce qu’il ne faut pas faire :

ce qu'il ne faut pas faireLe pieu
Examinons maintenant les erreurs à ne pas commettre. La plus courante consiste à tailler le tenon en forme de pointe de crayon ou de pieu. Le profil du tenon  présente alors partout la même pente comme s’il était passé dans un taille-crayon. Un tel tenon fait un excellent pieu mais il ne pourra jamais tenir dans une mortaise. Ce ratage s’obtient lorsqu’on attaque le tenon vers le bas au lieu de l’attaquer exclusivement vers le haut. C’est une erreur de débutant qui heureusement ne dure pas. Il faut bien attaquer le haut du tenon avec la hachette, arrondir et tirer le copeau en lamelle lorsqu’on est au niveau de la partie conique de coincement. Il faut absolument s’interdire de frapper vers le bas.

ce qu'il ne faut pas faire 2Façonner un tenon à la scie
Une deuxième erreur, plus grave en soi, consiste à vouloir faire les tenons avec une scie. C’est plus grave dans le sens où celui qui la commet le fait en pleine connaissance de cause (s’il a lu cet article bien sûr). Le résultat est garanti, même avec de l’adresse, le tenon sera raté. Ceux qui s’égarent dans cette sombre impasse pensaient pourtant aller plus vite. Ils en seront pour leurs frais car qui dit tenon raté dit pièce à refaire totalement. Voici décrite en quelques lignes l’opération délictueuse : le jeune délinquant prend une scie et entame toute la circonférence de la pièce sur quelques centimètres de profondeur de manière à laisser intact (croit-il) le cœur de la pièce de bois. Cette opération terminée, notre délinquant s’empare d’un ciseau à bois et fait sauter des pans de bois jusqu’à ce que le tenon prenne forme.
Premier hic ! Le trait de scie va trop loin et le tenon est à moitié scié : irrémédiable !
Deuxième hic ! Le trait de scie ne va pas assez loin et les facettes ne veulent plus sauter. On reprend donc la scie et on va gaillardement alterner les coups de scie et les coups de ciseaux à bois jusqu’à ce que le tenon prenne correctement forme. Et c’est à ce moment qu’on s’aperçoit que le tenon est à moitié scié : irrémédiable.
Le dernier hic : en admettant que, grâce à une adresse redoutable doublée d’une patience prodigieuse, le tenon ne soit pas scié à moitié, notre délinquant va réaliser qu’il n’est pas possible de tailler la bonne pente sur le tenon. L’épaulement dû au trait de scie empêche tout recul du couteau et il n’est pas possible de travailler à la base du tenon. Évidemment il n’est même pas envisageable de travailler à rebrousse-poil car la lame va suivre irrésistiblement le fil du bois et le résultat sera lamentable. En fin de compte ce scout délinquant va obtenir une espèce de tenon informe qui pourra s’emboîter dans la mortaise mais sans aucun coincement.
La seule façon de réussir tout de même serait d’utiliser une râpe (bonjour les efforts musculaires !)
Si malgré tout il réussissait à obtenir un peu de coincement, son tenon serait très fortement fragilisé à cause de sa forme même. C’est un principe bien connu en résistance des matériaux que les brusques changements de section engendrent des concentrations de contraintes et des faiblesses structurelles. Un tenon taillé à la scie se casse comme une vulgaire allumette. Impossible de faire de même avec un véritable tenon. Vu sous cet aspect, le vrai tenon  réalisé à la hachette présente une forme idéale. Tests à l’appui, c’est de très loin le plus solide. Il ne faut donc jamais, mais alors jamais réaliser les tenons avec une scie et un ciseau à bois. C’est du mauvais travail de fainéant et en plus c’est dangereux car le ciseau à bois est redoutable, à la moindre erreur il coupe profondément.

tenon diaboloNe pas marquer l’élargissement
Souvent les débutants ne marquent pas assez nettement l’élargissement brusque du tenon qui va régler l’arrêt de l’enfoncement. Si cet élargissement n’existe pas ou s’il est trop faiblement marqué, le tenon risque de s’enfoncer trop profondément et alors le rondin de la mortaise se fend. La pièce est alors à recommencer.
Parfois il est difficile de marquer cet élargissement car la perche qui reçoit le tenon est assez fine. Dans ce cas on fera attention d’enfoncer le tenon avec circonspection et on s’arrêtera AVANT d’éclater la mortaise.

astuce pour croiser deux assemblages

tenon oblong

Retour en haut
page précédente : l’assemblage tenon-mortaise
page suivante : la mortaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *