Mettre un coin dans un tenon

bouton scoutPar Lama. Le coin des scouts -> Forestage et installations

Les coins servent à parfaire le coincement du tenon dans la mortaise, ils permettent surtout de maintenir ce coincement même lorsque les pièces de bois ont séché. Tu y auras donc systématiquement recours pour une installation appelée à durer bien au-delà du camp. Dans certains cas, ils peuvent te servir à rattraper un emboîtement raté qui ne peut pas fournir à lui seul le coincement, par exemple si le tenon est trop petit en diamètre. Le coin doit être de préférence du même bois que le tenon. Des bois différents s’écrasent de manières différentes et l’effet de coincement devient inopérant si le bois du coin est moins dur que le bois du tenon. Si tu disposes de bois sec n’hésite pas à y façonner tes coins car le bois sec est bien plus dur que le bois vert et là tu obtiendras un excellent coincement

Lorsque le tenon est enfoncé dans une mortaise débouchante, son extrémité est coinaccessible de l’autre côté de la mortaise. Il peut même saillir hors de la mortaise. Avec un ciseau à bois, un couteau ou une hachette, fends le bout du tenon en deux parties égales. Cette fente doit être perpendiculaire  à l’axe de la pièce de bois dans laquelle est percée la mortaise. Ainsi, l’action du coin va se développer dans le sens des fibres et les faire travailler en traction. Dans ces conditions, le coin peut être enfoncé à bloc. Si par mégarde tu places la fente dans le sens parallèle aux fibres du bois dans lequel est percée la mortaise, l’action du coin va tout simplement faire éclater la mortaise et la pièce de bois va se fendre.

En utilisant cette caractéristique du coin il devient possible de réaliser des mortaises assezcoin 3 près de l’extrémité d’une pièce. Au lieu d’y enfoncer fortement ton tenon pour obtenir le coincement, enfonce-le modérément et confie à un coin placé dans le bon sens le soin de réaliser le coincement. Bien utilisés, les coins multiplient les possibilités des assemblages en forestage.

Pour faire un coin efficace il  faut prendre une tige assez longue (que tu tires de ton tas de branchages et de chutes). A l’extrémité de cette tige, dont le diamètre vaut à peu près celui du tenon, est taillé le coin. L’amorce du coin doit être solide avec un angle important, la pente du coin doit être la même que celle d’un tenon, c’est à dire assez faible. Le coin est donc relativement long et le bout sur lequel tu vas frapper est environ de la surface du bout du tenon.

Présente maintenant le coin sur la fente et à l’aide de quelques coups légers, écarte les lèvres de la fente et fait-le pénétrer dans le tenon. Quand tout est bien en place, frappe avec ardeur jusqu’à enfoncer le coin à bloc. Il faut s’arrêter de frapper quand les fibres de bois du coin ont tendance à se décommettre sous les coups du maillet. Il n’est pas rare d’exsuder la sève. Coupe alors le coin au ras du tenon ou même, coupe l’ensemble tenon-coin au ras de la mortaise : ton assemblage est quasi indémontable ; pour y parvenir tout de même il faut faire sauter le coin

Resserrer les assemblages
Le bois en séchant se rétréci en épaisseur (mais pas en longueur) et il peut être utile de coin 2renfoncer les coins après un certain temps (bien après la durée du camp en général). Toutes les installations que tu souhaites conserver longtemps doivent être équipées de coins. Dans ce cas évite de couper l’ensemble tenon-coin au ras de la mortaise mais coupe plutôt au ras du tenon. Tu couperas l’ensemble au ras de la mortaise après avoir resserré les assemblages en renfonçant un peu plus les coins.

Mortaise borgne
Si la mortaise est borgne (non débouchant) on peut tout de même mettre un coin au bout coin aveugledu tenon mais le résultat n’est pas garanti. Avant d’enfoncer le tenon, fais une fente puis places-y  un coin court à peine enfoncé. Emboîte-le tout dans la mortaise. Dès que l’extrémité du coin touche le fond de la mortaise il cesse de progresser tandis que le tenon continue sa progression. Le tenon s’enfonce donc dans la mortaise et en même temps, le coin s’enfonce dans le tenon. Pour cet assemblage, les dimensions du tenon, de la mortaise et du coin doivent être bien maîtrisées. On peut donner pour règle générale que l’épaisseur maximale du coin doit être d’un tiers celle du tenon, la longueur du coin est alors dépendante de la pente du coin. Cette façon de poser les coins ne permet pas de les resserrer. Elle demande par ailleurs une bonne expérience pour bien apprécier les dimensions à donner à tes différentes pièces et une certaine adresse dans la réalisation. Elle est utile dans tous les cas de mortaise borgne.

page précédente : la mortaise
page suivante : les cadres et les modules

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *