les 15 points du scoutisme

baden_powell_portrait - Copie Par Lama

En lisant la vie de BP ainsi que ses écrits, on est saisi par son étonnante faculté d’observation. C’était d’ailleurs un très bon dessinateur et tous les dessinateurs sont toujours des observateurs particulièrement vifs.
Pour mettre au point le scoutisme, on peut facilement imaginer que BP a cherché en tous point à reproduire ce qu’il avait vu fonctionner chez les jeunes un peu partout dans le monde. Mais une fois les expériences réussies, il a fallu diffuser cette méthode. Pour cela, il fallait la rendre intelligible, c’est à dire la résumer dans une synthèse claire.
Alors que le scoutisme avait déjà connu un développement fulgurant, le vieux chef Baden a solidement défini le scoutisme en lui donnant ses principes et fondements. D’autres grande figures du scoutisme on également apporté leurs contributions (Michel Menu et bien d’autres )… Ce sont les 15 points du scoutisme.

5 buts + 5 moyens + 5 dimensions

Ces quinze points définissent un programme extrêmement riche et cohérent. Retirer ou négliger l’un de ces principes empêchera le système de fonctionner correctement.

Un peu de réalisme

scoutisme les 5 buts pégadogie la méthode scouteLes 5 buts

du scoutisme sont : – Sens de Dieu -Sens des autres – Santé – Habileté manuelle – Formation du caractère
Ces cinq buts seront expliqués point à point mais déjà nous pouvons les regrouper dans la recherche de l’achèvement harmonieux du caractère de nos enfants. Par le scoutisme qui va développer les germes de leur personnalité, nous voulons que nos enfants atteignent réellement l’adulte accompli qui est en puissance chez eux. Juste une remarque ici : le but « bonification du caractère » doit être compris comme polissage du caractère, un peu comme ces cailloux anguleux qui deviennent des galets arrondis, adoucis mais parfaitement durs.
Nos enfant vivent dans une société qui, au lieu de les former et d’en faire des hommes, ne cherche plus à les construire mais facilite leurs caprices. Il devient donc indispensable de chercher autre part que dans la société « usuelle » ou de notre temps, le moyen de faire grandir nos enfants dans le but d’en faire des adultes accomplis. Bien pratiqué, le scoutisme est un excellent moyen d’y parvenir. Les cinq buts sont clairs mais il faut mettre en place la méthode concrète. Cette méthode se décompose suivants des moteurs et des environnements.

Les cinq moyens ou moteurs sont :

L’aventure – La bande – L’engagement – Les responsabilités -Les techniques scoutes.

Les 5 moteurs sont en réalité des moteurs internes qui poussent l’ado à agir par lui-même et sans contrainte. Par exemple, en classe l’ado apprend parce que la matière lui plait mais il peut tout aussi bien apprendre parce qu’il est contraint par la peur de mauvaises notes ou les retenues. Aux scouts, l’adolescent avance seul, poussé par son intérêt et non pas tiré par un chef ou canalisé dans un cadre contraignant. On pourrait également comparer cette façon d’avancer à celle d’une armée qui monte à l’assaut avec fougue pour défendre son pays ou sa foi, par opposition avec une armée sans motivation qu’on pousse sous la mitraille, la baïonnette dans les reins avec la menace du peloton d’exécution pour ceux qui reculeraient.

Si les moteurs sont bien appliqués, les adolescents se plaisent aux scouts, ils avancent par eux-mêmes et deviennent les acteurs de leur formation. Le vrai chef n’a plus qu’à les diriger.

5moteurs

Enfin, les cinq dimensions sont :

La nature et le camp – Le système des patrouilles – Le CDC, la CDH – La loi – Le civisme.

La nature – Le camp – Le système des patrouilles – Le CDC, la CDH – La loi

Et le civisme, le civisme qui a disparu ? Il me semble que le civisme aurait été ajouté par BP pour ne pas risquer d’inquiéter les dirigeants de l’époque, en particulier le roi Georges V. Au début du vingtième siècle la nation et la fidélité au roi ou à l’état était encore une chose sacrée. Car en réalité, que proposait donc BP avec ses 5 dimensions ?

La nature c’est le territoire d’une nouvelle nation ou nouvelle société – Le camp c’est le projet, l’aventure de cette petite nation ou société que représente une troupe – Le système des patrouilles est le système social d’organisation de cette société – Le conseil des chefs et la cour d’honneur représentent le système de commandement de cette société – Enfin la loi qui vient d’en haut, régit les comportements et règle la vie de tous, elle transcende cette société.

Le civisme vis à vis du souverain ou vis à vis de cette petite société représente à peu près la même chose, l’important est de se sentir, de se savoir, de se comprendre citoyen.

En résumé, le scoutisme c’est :

–                 Vivre dans cette véritable société adaptée aux jeunes que représente une troupe d’éclaireurs (ou d’éclaireuses) -> Ce sont les 5 dimensions.

–                 C’est agir par soi-même dans cette société parce que c’est intéressant et attirant -> Ce sont les 5 moteurs.

–                 Et par ce moyen grandir dans cette société adaptée, y trouver sa place et façonner ainsi sa future personnalité d’adulte -> Ce sont les 5 buts.

Un ouvrage paru à l’occasion du centenaire du scoutisme résume assez bien la finalité du scoutisme  par son titre : Un autre chemin pour grandir

microsociete

La cellule de base

On entend souvent dire que la cellule de base du scoutisme c’est la patrouille. Ceci est vrai dans un sens. En agglomérant quelques garçons on forme une patrouille et on peut commencer à voir fonctionner une partie du scoutisme. Cependant pour avoir le fonctionnement plein et entier il faut la troupe (ou la compagnie). Seule l’existence d’un chef qui dirige plusieurs patrouilles peut garantir le fonctionnement du CDC-CDH. Sans cet élément capital, on reste au niveau de la tribu mais pas de la société.

L’expérience commune et constante confirme ces propos. Les patrouilles libres n’ont jamais bien fonctionné. C’est à la rigueur une solution transitoire ou temporaire mais certainement pas un cas nominal. Par ailleurs, une patrouille livrée à elle-même, quand bien même elle aurait un excellent CP, n’est capable de bien fonctionner que deux ou trois jours (C’est le temps d’un tout petit camp, c’est le temps d’une explo…). Enfin une patrouille seule va se trouver privée d’émulation, de grand jeu, de bande, de direction… éléments qui n’existent que par la présence d’autres patrouilles et d’un chef.

L’unité qui rassemble plusieurs patrouilles et qui est dirigée par un chef constitue bien la cellule de base du scoutisme. Seule cette unité est capable de proposer l’ensemble des moteurs, la micro société pleine et entière et l’atteinte des buts.

Retour en haut
page précédente : forestage et scoutisme

page suivante : les 5 dimensions

3 réflexions au sujet de « les 15 points du scoutisme »

  1. Les 5 moteurs du scoutisme sont plutôt l’Intérêt, l’Action, la Responsabilité, le Système des Patrouilles, les conseils (Conseil de Patrouille, Cour d’Honneur et Conseil des Chefs), que l’aventure – La bande – L’engagement – Les responsabilités -Les techniques scoutes.

    1. D’abord, merci de relever ce point, tu es la bien première. mais voici ma réponse.

      Pendant longtemps, sans vraiment les comprendre, j’ai répété les 5 Buts, les 5 Moteurs et les 5 Dimensions « officiels » qui sont inscrits partout mais que personne n’étudie. Pourtant, une fois j’ai dû lancer à la tête d’une troupe un jeune chef plein de fougue et de bonne volonté mais sans aucune expérience du scoutisme. Bien vite je me suis aperçu que ma pensée n’était pas claire. Pourtant, pendant très longtemps j’avais pratiqué et enseigné le scoutisme à l’instinct, à l’expérience. J’ai donc travaillé ces points afin de pouvoir présenter une pensée claire et assimilable. Je pense avoir bien fait la différence entre les 15 points, avoir compris leur apport, leur place respective dans le scoutisme et leur importance.

      – Les moteurs sont tout ce qui fait avancer seul l’adolescent.

      – Les dimensions sont tout ce qui constitue de cadre qui va favoriser cette progression.

      Dans une entreprise, par exemple, quels sont les moteurs pour les employés ? Quels sont les éléments qui font que l’employé a envie de se donner et de faire au mieux ?

      On trouve immédiatement le Salaire, ensuite les Responsabilités, la Reconnaissance, l’Attrait du travail , l’Esprit ou la Culture de la société etc. Pourquoi un employé quitte-t-il son entreprise ? parce ce qu’il n’est pas assez payé, parce que son travail n’est pas reconnu, parce que ce n’est plus intéressant, parce qu’il ne peut pas exercer de responsabilité etc. Ces moteurs traduisent un besoin. Si le besoin n’est pas satisfait, c’est la déprime, la frustration, l’ennuis etc.

      De la même manière, dans une entreprise on trouve un cadre qui est sensé favoriser la performance des employés, en gros c’est l’organisation de l’entreprise, le partage des tâche et des responsabilités, le système hiérarchique, les règles etc.

      Pour les buts du scoutisme tout le monde est à peu près d’accord : ces 5 buts se résument en un seul : que l’adolescent atteigne sa pleine sa pleine personnalité et trouve sa véritable place dans la société.

      Mais revenons aux buts :

      – J’ai la Responsabilité comme toi -> OK

      – J’ai l’Action comme toi mais je la nomme Aventure (car il s’agit de jeunes et non pas d’adultes) -> OK

      – Je place la Bande comme moteur et c’est bien un moteur. Tous les êtres humains ont besoin de faire partie d’une communauté qui les accepte et les reconnaisse et dans laquelle ils se reconnaissent eux-mêmes. C’est un besoin fort. Pour faire pleinement partie de cette communauté, l’enfant se bouge et agit. Attention : la patrouille et la troupe sont d’abord des bandes. Mais ces bandes ont une organisation spéciale. Nous sommes donc à moitié d’accord lorsque tu places le système des patrouilles comme moteur. Je suis d’accord avec « patrouille » mais pas avec « système »

      – Ensuite je place les techniques scoutes en moteur, parce que pour presque tous les enfants elle sont particulièrement attrayantes je ne parlerai que du feu et des cabanes. Pour rassasier son appétit, et donc déployer ces techniques à son profit, l’enfant se bouge, agit et apprend.

      – Enfin je place l’engagement comme moteur (promesse, don de soi à une cause…) Pour ça, les enfants se bougent, agissent et apprennent.

      Tu proposes l’intérêt. Mais l’intérêt est le résultat conjugué des 5 moteurs. L’adolescent avance parce ce que tout ce qu’il fait aux scouts est intéressant. Je ne vois pas de désaccord fondamental sur ce point. L’intérêt ou l’appétence pour le scoutisme vient du fait que les 5 moteurs peuvent fonctionner au bon régime.

      Tu proposes ensuite le système des patrouille. Moi je le place dans les dimensions parce que le système des patrouille est une organisation de la société et non pas un moteur. C’est juste un cadre qui favorise l’action des moteurs. Par exemple, il n’y a pas besoin du système des patrouille pour faire du feu ou construire des cabanes mais avec cette organisation on le fait drôlement mieux et c’est bien plus intéressant.

      Enfin tu proposes les conseils (CDP, CDC, CDH). Là aussi, ces différents conseils relèvent de l’organisation de la société et non pas des moteurs individuels. Ces conseils encadrent l’action des jeunes mais ne créent pas leur désir d’agir. C’est comme si tu disais que la Loi est un moteur. Non la loi, aussi belle ou simple soit-elle, est une règle ou un règlement, elle ne fait pas agir les jeunes mais elle encadre leur action (directement ou par le biais du chef).

      Un moteur est ce qui est inné chez les jeunes et leur donne envie d’agir. Les dimensions sont l’organisation de la « société scoute » pour encadrer l’action, la favoriser et la canaliser en vue des 5 buts.

      D’autres moteurs existent chez les jeunes, mais comme ils ne mènent pas aux 5 buts, ils ne sont pas activés par les 5 Dimensions. On pourrait citer l’appât du gain, l’attirance pour le sexe opposé…

      La méthode d’éducation du scoutisme ne fait pas de « l’auto-éducation » mais elle utilise « l’auto-agir » dans le cadre des 5 Dimensions. Le jeune agit par lui-même parce que c’est attrayant et qu’il ressent un véritable appétit. Pour l’action exercée.

      Pour terminer, on pourrait comparer le jeune à un véhicule. Les 5 moteurs sont celui du véhicule. Les 5 dimensions représentent alors le cadre, la voie, le chemin où va pouvoir évoluer ce véhicule. Les 5 but c’est la direction de la voie. Si par son action le chef d’unité fait bien fonctionner les 5 moteurs et que l’organisation de la société (de l’unité) est conforme au scoutisme, alors naturellement le jeune se dirige vers les buts et let atteint.

      Le moteur est ce qui pousse à l’action pour satisfaire une appétence, c’est un appétit ressenti par l’enfant

      La dimension est ce qui encadre l’action pour naturellement l’orienter vers les Buts. C’est un cadre pour l’action

      Si ce trop long exposé (un peu trop long) ne t’as pas convaincue, essaye donc de définir ce qu’est un moteur pour le scoutisme et ce qu’est une dimension et comment tout cela fonctionne. Surtout écris-le, c’est un excellent moyen de structurer sa pensée, tous les avis et expériences m’intéressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *