Couper propre et net

bouton scoutOu comment couper des arbres au camp, par Lama. Le coin des scouts -> Forestage et installations

Une haie de noisetiers qui a vraiment poussé. Des tiges en veux-tu en voilà !
Une haie de noisetiers qui a vraiment poussé. Des tiges en veux-tu en voilà !

En arrivant sur le lieu de camp, souvent on n’a pas trop le choix des essences, on trouve ce qu’il a et il faut faire avec. On se rappelle les règles principales :

  • Des perches, pas des baliveaux
  • Du bois blanc sans valeur (à croissance rapide)
  • Du bois long et droit
  • Du bois sec, c’est possible

D’une manière générale on préférera prélever des sujets en bouquets (cépée) plutôt que des sujets isolés. Souvent les rejets d’une souche sont nombreux, droits, longs et vigoureux. Dans cette veine, souvent les haies procurent un bois idéal et abondant. ATTENTION ! là c’est très sérieux et c’est là que pêchent gravement la plupart des scouts et guides : lorsqu’on coupe un arbre, même si le propriétaire a donné son autorisation pour des coupes, l’endroit du prélèvement doit être quasi invisible.
Quasi invisible signifie de du premier coup d’œil on ne voit RIEN.

Que prélever ?

pour ce trio on prélèvera les 2 saule par exemple et on laissera le boulot tranquille
pour ce trio on prélèvera, par exemple, les 2 saules et on laissera le boulot tranquille

D’une manière générale on préférera prélever des sujets en bouquets (cépée) plutôt que des sujets isolés. Souvent les rejets d’une souche sont nombreux, droits, longs et vigoureux. Dans cette veine, souvent les haies procurent un bois idéal et abondant.
On veillera dans un bouquet à ne pas tout prendre et dans le cas de sujets isolés, on veillera à ne pas dépeupler une zone. En clair, ne pas créer de clairière et rendre les prélèvements visuellement indétectables (sauf si le propriétaire vous a donné ordre de tout dézinguer)

Maintenant il faut comprendre quels sujets prélever et comment les couper. Il faut alors respecter impérativement DEUX règles

  • Pas de clairières nouvelles
  • Souches invisibles

Pour les clairières voir plus avant. Pour les souches, voici comment il faut procéder :

Comment couper

Couper très bas

Dégager le tronc jusqu’au sol et plus bas si possible. Et ceci malgré les ronces et la végétation. Il faut couper aussi bas que possible même si près des racines c’est un peu plus épais.coper des arbres froissartage, scoutisme-1

coper des arbres-2La coupe à la hachette n’est pas interdite mais sera réservée pour des situations où le passage de la scie est impossible et elle ne sera exécutée que par des scouts de 1ère ou 2ème classe.

Scier avec une scie

On utilise une scie, dans 99% des cas c’est plus rapide, plus propre et plus sûr.

coper des arbres-3Dans certains il peut paraître impossible de scier, dans les taillis ou les cépées. La quantité des perches empêche de positionner correctement la scie. Dans ce cas il faut savoir que la scie à cadre peut être reconfigurée facilement. Il suffit de l’ouvrir en changeant la lame de sens, la scie est alors autour du tronc. On peut aussi entourer le tronc qui est derrière celui de l’on désire scier, dans ce cas la lame reste dans le sens classique.coper des arbres-5

scie égoïneIl est également possible d’utiliser une scie égoïne à bois vert (si la patrouille en possède une) elle se faufile bien plus facilement qu’une scie à cadre.
La coupe à la hachette n’est pas interdite mais sera réservée pour des situations où le passage de la scie est impossible et elle ne sera exécutée que par des scouts de 1ère ou 2ème classe.

coper des arbres-6

Connaître le principe des bûcherons

Pour les bois pas trop épais on peut y aller franco et scier d’un coup tout le tronc car il n’est pas trop lourd. Attention tout de même à ce que la fente réalisée par la lame de scie ne vienne pas se refermer sur cette dernière en la coinçant. Alors on ne peut plus scier. Il faut alors un aide qui soutient ou pousse sur le tronc afin de maintenir la fente bien ouverte. On peut aussi attaquer le tronc du bon côté ce qui va faire que la fente de la scie va naturellement s’ouvrir vers la fin du sciage au lieu de se refermer. Dans le cas de prélèvement dans des cépées on rencontre souvent le cas.

Pour des troncs plus sérieux il faut opérer comme des pros. D’abord du côté où l’on veut faire tomber l’arbre on réalise une entaille d’abattage. Dans le tronc on retire un coin qui s’enfonce d’environ 20 à 25% du diamètre (le plus bas possible bien sûr). Cette entaille est pratiquée à la scie avec 2 traits, le 1er horizontal et le 2ème oblique de 30° à 60°. Il faut bien s’appliquer pour ce 2ème trait afin qu’il intercepte bien le premier trait là où on a décidé.

coper des arbres-7Ensuite de l’autre côté on attaque à la scie avec un trait horizontal exactement parallèle à l’entaille d’abattage et un peu plus haut. Il faut scier régulièrement bien parallèlement à l’entaille et en s’en rapprochant peu à peu. L’idée c’est de créer comme une charnière avec la bande de bois qui n’a pas encore été sciée. C’est cette charnière qui va obliger l’arbre à tomber dans son axe perpendiculaire. Vers la fin du sciage, il n’est pas inutile qu’un aide vienne pousser le tronc dans le bon sens. Si l’arbre est plus gros, on peut également haubaner avec des cordes à droite ou à gauche (ou des 2 côtés à la fois). Ainsi ces haubans obligent absolument l’arbre à respecter la charnière définie par l’entaille d’abatage et le trait de scie arrière. Mais on rappelle ici qu’il est très rare d’avoir à couper de gros arbres (à la rigueur les chefs en auront-ils besoin pour les mâts des couleurs).

Traiter la souche

OK on a scié et l’arbre a été emporté. Il reste la souche. Elle est toute blanche au début. Il faut la masquer.

1° la frotter à la main avec de la terre pour la noircir. Ça ne sert qu’à la rendre moins visible. Si la souche reste blanche on la voit à 50m. Autrement le temps qui passe et les intempéries se chargeront de la griser mais au moment de l’inspection à la fin du camp elle sera encore visible
2° Trouver de la mousse ou des feuille mortes et améliorer le camouflage. Faisons remarquer ici qu’on camoufle bien plus facilement des souches qui font partie d’un bouquet.IL NE FAUT PAS « replanter » les branchages. Sur le coup on ne voit rien mais au bout de plusieurs semaines c’est une autre histoire, les feuilles vont faner et on ne verra plus qu’elles, surtout à la fin du camp lorsque le propriétaire fera un petit tour d’inspection.

 Emporter l’arbre … et les branchages

rien ne sert de camoufler impeccablement les souches si on laisse les branchages sur place. L’idéal est de rapporter tout l’arbre au coin de patrouille. Les branchages y trouveront leur utilité (voir les pages sur les installations). Si on ne peut pas les rapporter alors il faut séparer ces branchages au maximum afin de réaliser des tas bien propres qui ressemblent un peu à des balais ou des plumeaux. Laissés proprement ces branchages, indiquent que des arbres ont été coupés à cet endroit mais ils montrent cependant la conscience professionnelle des scouts et, au bout des 2 ou 3 ans, le temps les aura fait disparaître entièrement, ces tas auront muté en bois mort d’abord, puis humus ensuite.

À la fin du camp

Pendant le démontage, les scouts devrons scier toutes les installations en bûchettes de 50 cm et tout empiler en prenant soin d’isoler du sol. Cela pourra servir au propriétaire comme bois de chauffage. À défaut, ce sont les scouts suivant qui auront du bois pour leur feu. Si le propriétaire est d’accord, après les avoir isolés du sol, on peut également empiler proprement les morceaux de construction sans les scier. Plusieurs morceaux pourront servir aux scouts suivants et cela réduira d’autant leurs prélèvements.

Retour en haut
Page précédente : Quel bois choisir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *