Croquis Panoramique et Topographique

Par Lama.

baden_powell_portrait - CopieAvertissement N°1

Cette explication du croquis topo et pano est placé dans les pages des chefs car l’expérience m’a appris que ces notions simples n’atteignent la cervelle d’un éclaireur ou d’une éclaireuse que si elle sont expliquée patiemment par quelqu’un qui a vraiment compris et qu’elles sont réalisées en même temps. Cette page a donc pour but de vraiment faire comprendre au chef qui, lui, a les capacités de comprendre ces explications et qui devra alors en HP, expliquer et montrer comment réaliser ces croquis.

croquis panoramique 6 topographie orientation scoutisme Avertissement N°2

Au cours des raids de classe ou des explo, le chef demande invariablement des croquis panoramiques et des croquis topographiques. Le croquis topographique n’est rien d’autre que le plan du zone réduite (le camp par exemple) et le croquis panoramique est simplement la transcription de la vue horizontale depuis un point de vue.

Au-delà de l’aspect « documentaire » de tels croquis (on rapporte au chef ce qu’on a vu), ces croquis ont un but pédagogiques. Il s’agit en réalité de manier avec adresse les azimuts et les distances. Ceci dans le but clair et net de maîtriser en permanence sa position et son itinéraire lors d’une progression. Dès lors, voyons comme faire un beau croquis topographique puis un beau croquis panoramique. Ensuite il faudra que TOI chef d’unité tu apprennes à tes jeunes comment comprendre et réussir ces croquis.

Croquis topo

Basiquement le croquis topographique est un plan et rien d’autre mais il faut le construire et c’est là que se situe l’aspect pédagogique. Ce plan n’est pas tracé de manière approximative, il est construit scientifiquement de manière à ce que chaque élément du plan soit exactement à sa place et que les distances soient toutes respectées. Le croquis topo est nécessaire pour faire le relevé d’un lieu de camp par exemple ou par exemple pour tracer le plan d’une place ou d’un lieu en exploration.

Il existe deux méthodes pour faire un plan ou croquis topographique.

Azimut / distance

On se place à un point central du lieu d’où l’on voit le maximum de points caractéristiques de ce même lieu. On relève alors à la boussole les azimuts de ces points caractéristiques. Attention, il faut que ces points soient atteignables à pied et en (quasi) ligne droite. On ne prendra pas le sommet de la flèche de l’église mais le coin ouest de cette même église. On relève ainsi une douzaines de points qu’on prend soin de bien noter. Ensuite, se replaçant à chaque fois à ce point central, on mesure avec ses pas la distance jusqu’à chaque point relevé. Ce relevé transposé sur une feuille permet de replacer correctement au moins une douzaine de points du lieu. Pour dessiner la suite on fait confiance à son sens de la perspective ou alors on peut reprendre un autre point central repéré par rapport au premier et recommencer l’opération. Bien sûr, il faut avoir étalonné sa foulée ; il n’est pas difficile de s’entraîner à faire des pas de exactement 1m

croquis topographique scoutisme orientation 1

Triangulation

L’autre méthode est  celle de la triangulation. Pas besoin de boussole, deux jambes suffisent. Comme pour la première méthode, il faut identifier des points caractéristiques atteignables du terrain. Il faut construire le plan pas à pas, élément par élément. Il faut commencer par deux points dont on relève la distance. Ensuite on détermine un troisième point qui s’organise en triangle par rapport au deux premiers points. On relève alors la distance de ce point par rapport aux deux premiers points. Ensuite il n’y a qu’une seule manière de placer ce 3ème point par rapport aux deux premiers car, comme chacun sait, un triangle est indéformable. Une fois le premier triangle construit on construit peu à peu d’autres triangles. Comme la précision de la mesure de distance n’est pas extraordinaire car on fait ça avec les foulées, peu à peu la construction dérive. De temps en temps il faut recaler un point un peu lointain en remesurant un grand triangle, bien plus grand que les triangles patiemment construits. Si les relevés en nombre de foulées sont faits de manière régulière on arrive de proche en proche à reconstruire la scène…

Pour terminer il ne faut surtout pas oublier deux choses importantes : indiquer le NORD, placer L’ECHELLE ces deux indications sont indispensables pour la validité du plan.

Nos anciens, les géomètres royaux, dès le début du 18ème siècle ont commencé à trianguler le royaume non seulement en « plan » mais aussi en élévation. Si la méthode s’appelait la triangulation, ils ne mesuraient pas les distances entre les points mais ils relevaient les angles entre les points. Un 3ème point était trouvé lorsqu’on connaissait son angle avec deux autres points, et ainsi de suite sur tout le territoire. Cette triangulation se recoupait. En fait chaque point était « tenu par 5 ou 6 autres et en « tenait » lui-même 5 ou 6.

 Méthode mixte

Celui qui a compris ces deux principes peut facilement les utiliser à bon escient pour réaliser son plan. Bien sûr, n’oublions pas qu’on va monter le plan au chef mais ce qui est important c’est d’être familier avec les notions d’angle et de distance et de jongler avec, de convertir… Bref de maîtriser. C’est ainsi qu’on devient un cador en orientation.

 Croquis panoramique

Ooooh que c’est beau ! S’écrient les guides du haut des falaises qui surplombent la Seine. Il faut montrer à nos parents comme c’est beau.

Alors comment faire ? On prend une photo ? Non plusieurs photos en tournant sur soi-même. C’est exactement là le principe du croquis panoramique. Le paysage qui s’offre à nos yeux est projeté sur un cylindre vertical dont nous occupons le centre. Souvent les novices sont trompés par les soi-disant panoramas dessinés sur les tables en pierre pour les touristes. Ces tables panoramiques prétendent représenter le paysage mais elles le représentent à plat sur un secteur angulaire et… ça ne marche pas. Le croquis que voilà montre mieux qu’un long discours comment se construit un croquis panoramique.

croquis panoramique 2 scoutisme exploration

Ceux qui pigent vite ont déjà compris que les azimuts y sont représentés par des verticales. Et c’est justement grâce à ces azimuts que l’on va pouvoir construire son croquis pano (ou relevé panoramique). Tout d’abord on délimite la zone que l’on veut relever à gauche et à droite, c’est à dire que l’on relève l’azimut de ces 2 limites. Ensuite on détermine combien de feuilles accoler côte à côte pour réaliser ce croquis pano. Une feuille A4 sens paysage ne couvre que 20 -25°.  Et il en faudra sans doute 2 ou 3 pour couvrir toute l’étendue du panorama. On fait alors une ligne de graduation en partie haute de la feuille. Ensuite on place et on note les extrémités du croquis.

croquis panoramique 3 scoutisme orientation exploration

Un peu plus bas on place une ligne d’horizon (bien sûr elle n’est pas présente dans le panorama). La ligne d’horizon représente le plan horizontal qui se trouve à la hauteur de tes yeux. Tous ce que tu placeras au-dessus de cette ligne sera plus haut que ta position et ce que tu placeras au-dessous sera plus bas que ta position.

Il faut alors placer les points remarquables. On les prend en visée on relève leur azimut et on les place sur le panorama à leur exacte position. Leur position c’est en azimut et en élévation c’est à dire plus haut ou plus bas que la ligne d’horizon. Il faut positionner correctement les points par rapport à l’horizon. Pour cela on peut s’aider de sa main tendue ou de son crayon pour prendre des distances en élévation et les comparer à des distances sur la graduation d’azimut. On a toujours tendance à construire des croquis pano étriqués en largeur et beaucoup trop étirés en hauteur. Ceci parce qu’on ne respecte pas la correspondance hauteur / largeur. Cette erreur vient de ce qu’on veut placer tout son croquis sur une seule feuille alors qu’il en demanderait 2 ou 3 en largeur.

croquis panoramique 4

Il faut placer tous les points du panorama et ensuite on complète la vue grâce à tous ces repères. Si le temps est compté alors on mettra le tout en couleur ou en détail plus tard, au camp. Il reste cependant une tâche capitale à effectuer, il faut nommer les éléments du panorama. Pour cela on prend la carte et on cherche le sommet ou le village sur la direction de l’azimut. C’est un travail très intéressant. Sur le croquis on place les noms et les particularités des points (altitude, distance …) c’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à réaliser son croquis sur plusieurs pages pour avoir de la place. En peaufinant l’œuvre, au camp ou chez soi, on doit arriver à quelque chose de vraiment bien. Si ce croquis pano est placé en arc  de cylindre vertical (avec la bonne ouverture), le chef doit se croire sur le lieu du panorama.

croquis panoramique 5 scoutisme orientation topographiecroquis panoramique 1 scoutisme orientation exploration

J’ai appris qu’à la guerre on faisait aussi des croquis panoramiques mais c’était pour y repérer les zones dangereuses à surveiller, les différentes positions ennemies avec l’armement en place, les positions des snipers et d’autres choses tout aussi « réjouissantes ».

Retour en haut
Page précédente : Topographie / orientation
page suivante : L’explo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *