Topagraphie / orientation (2)

baden_powell_portrait - CopiePar Lama.

Chez les scouts, sait-on vraiment à quoi servent topographie et orientation? La réponse est vraiment très simple ; ça sert à deux choses qui sont intimement liées : –          Toujours savoir où l’on se trouve (ou ne jamais se perdre) –          Choisir le meilleur itinéraire pour la mission et le suivre. L’orientation et la topographie n’ont pas d’autre fin, cela ne semble pas très sérieux mais pourtant la maîtrise de ces deux points donne les moyens de vivre l’aventure. Quoi de plus navrant qu’un grand jeu qui foire parce que telle ou telle patrouille s’est perdue ? Quoi de plus lamentable que cette patrouille qui, au cours de son exploration, se borne à suivre des routes ? Dominer la topo c’est maîtriser le temps et l’espace, c’est ménager ses forces, c’est commander son destin immédiat. Maîtriser la topo c’est aussi oser se lancer hors des sentiers battus et se donner la chance de découvertes insolites ou stupéfiantes. C’est éveiller la vivacité de l’esprit qui cherche et qui en oublie la fatigue de la progression. Pour s’orienter il existe trois instruments : la carte, la boussole et… Le terrain lui-même. C’est en travaillant avec ces trois instruments à la fois qu’on se dirige de manière sûre. Parfois l’un des trois nous manque. Parfois deux nous manquent. Ce peut être le cas d’une marche de nuit avec simplement la boussole, le terrain est bien là mais il se distingue à peine. Mais voilà, être un crac en orientation ça s’apprend. Il y quelques bases… Et beaucoup de pratique. Voici les notions qu’il faut comprendre et assimiler et qui sont : –          Les 3 Nord et les quadrillages –          Calculer et suivre un azimut –          Comprendre le relief et les cours d’eau –          Décrypter les symboles de la carte

 Enseigner / Exercer

il faut souvent comparer l'orientation des éléments sur le terrain et sur la carte.
il faut souvent comparer l’orientation des éléments sur le terrain et sur la carte.

Ces notions de topo et d’orientation sont complexes pour les scouts. Au niveau SP et CP, les garçons peuvent comprendre et maîtriser mais il faut leur enseigner les notions capitales suivantes : –          les 3 Nord –          calculer et suivre un azimut –          comprendre le relief et les cours d’eau –          décrypter les signes de la carte. Pour enseigner il y deux moyens complémentaires, la théorie et les exercices. On fera tout ça au cours de week-ends HP. Pour les exercices on pourra effectuer des azimuts avec boussole mais sans carte, ou l’inverse, avec carte mais sans boussole. On fera également des croquis panoramique lorsque l’on sera face à un panorama pour habituer les scouts à distinguer au loin des mouvements de terrain ou des constructions et les retrouver sur la carte, ou alors l’inverse. Les croquis topo ont exactement la même finalité familiariser les scouts avec les angles, les distances et les petits calculs ainsi que les habituer à observer, réfléchir, déduire. (voir Topo / orientation scouts) En revanche il faut travailler avec carte et boussole pour les véritables activités de patrouille ou pour les raids de classe. Il ne faut pas perdre de vue les buts à atteindre en même temps : –          Toujours savoir où l’on se trouve (ou ne jamais se perdre) –          Choisir le meilleur itinéraire pour la mission et le suivre. Très souvent les chefs qui préparent des « raids de patrouille » sans carte ne se rendent même pas compte qu’ils demandent très souvent quelque chose d’impossible. D’abord les valeurs d’azimut sont fausses ou inexactes, les distances sont bien trop longues et les points de ralliement difficile à trouver. En outre 5 ou 6 azimuts sont enquillés à la suite pour effectuer comme une grande boucle. S’il y a un seul azimut raté, tout est raté. Et si les scouts ne prenaient pas l’habitude de tricher, ils se planteraient à chaque fois. Car il se passe que les scouts partent avec des cartes cachées dans leur chaussettes (ou autre part) afin d’avoir une chance de ne pas se perdre. (voir le camp de prisonnier). Ce n’est évidemment pas ainsi qu’il faut aborder la topo. En revanche il faut préparer des raids d’explo, de classe ou de découverte, avec les patrouilles ou les scouts en leur montrant quels itinéraires pittoresques ou intéressants ils doivent élaborer : un bout de chemin, ensuite un talweg, ensuite une courbe de niveau, ensuite un petit azimut, ensuite une ligne de crête… Il est bien sûr évident qu’on ne laisse pas la carte pour que la patrouille suive bêtement une route. La topographie / orientation sert à maîtriser sa progression et la rendre à la fois efficace et intéressante. Une fois que les aînés de la patrouille sont à l’aise en topo, on peut faire des explos passionnantes et des jeux bien pêchus, dans des terrains difficiles, de nuit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *